Les appareils anciens de physique

11 décembre 2012
Par

Appareils de physique

Les collections scientifiques sont d’une part le résultat des travaux de recherche faits au sein des laboratoires et d’autre part leur mise à disposition à des fins d’enseignement, satisfaisant ainsi aux deux missions de l’université créer et diffuser la connaissance. Aussi, raconter l’histoire d’une collection scientifique ne peut se faire sans raconter aussi l’histoire de la création des facultés et de l’université.

Au contraire d’autres villes de province, Lyon a attendu la fin du XIXième siècle pour créer son université. Si l’idée d’une université lyonnaise se fait jour dès le XVIe siècle, elle ne se concrétisera qu’en 1810 par la signature des décrets portant création de l’Université Impériale de Lyon. Mais la durée de vie de celle-ci fut brève. En effet, dans cette ville commerçante et industrieuse le concept d’université a beaucoup de mal à s’imposer alors que les écoles professionnelles sont bien perçues : la Martinière pour former les « sous-officiers » de l’industrie, puis l’Ecole Centrale pour former les « officiers », l’école de médecine et celle de chirurgie, l’école de droit, sans oublier l’Ecole Vétérinaire de Lyon, première école du genre fondée en 1761 par Claude Bourgelat (mousquetaire du roi). Serait-ce que l’on se détourne des sciences (au sens large) ou de la connaissance pour ne conserver que le caractère technique et son activité industrieuse ?

En fait l’actuelle Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, crée au cours des XVIième et XVIIième siècles, rassemblera les scientifiques lyonnais qui seront appelés à créer la Faculté des Sciences de Lyon en 1835. Il faut attendre le décret ministériel de la loi Liard du 10 juillet 1896 pour que l’Université de Lyon soit créée en rassemblant les quatre facultés existantes alors (Faculté des Lettres crée en1838, Faculté Mixte de Médecine et de Pharmacie crée en 1874 et la Faculté de droit crée en 1876), L’université emménagera en cette même année 1896 dans le prestigieux palais Hirch (situé quai Claude Bernard) construit entre 1876 et 1896, date de son inauguration. La loi Liard attribue en dotation aux facultés ainsi réunies en université « les droits d’études, d’inscription, de bibliothèques et de travaux pratiques acquittés par les étudiants ». L’université est alors « un être moral dont le but est d’organiser les services communs, d’assurer les extensions de laboratoires et de collections ».

La collection prend ainsi une existence légale au sein de l’université et cela pour toutes les disciplines. C’est ainsi que seront créées les collections de lettres, de droit, de sciences naturelles. Pour les sciences expérimentales et la physique en particulier, rien ne laisse à penser qu’une telle collection existât avant ces dernières années, mis à part probablement la collection de minéralogie-cristallographie. Cela peut être dû au caractère plutôt muséologique de ce patrimoine instrumental qui permet de suivre les évolutions de la recherche en physique au sein de la Faculté des Sciences, puis des UFR et enfin du département de physique.

La collection des appareils anciens de physique, qui réunit des appareils dont certains datent de 1848, et en fait délocalisée sur plusieurs sites du campus de la Doua, ne favorisant pas sa mise en évidence. Deux articles parus dans le magazine de l’université Claude Bernard Lyon 1, le CLUB, ont présentés un certain nombre d’appareils de cette collection. La récente réunion d’instruments égarés dans les laboratoires et les salles d’enseignement permet d’en présenter de nouveaux.

 

Goniomètre de Babinet. Jamin, Jules. Cours de physique de l’École polytechnique. Paris: Gauthiers-Villars, 1871. Fig. 681. Cote 51316

Le goniomètre de Babinet

 

Le goniomètre de Babinet :

Un goniomètre mesure des angles. Grâce à cet appareil il est possible de mesurer l’angle minimal de déviation d’un prisme et cela pour les différentes raies du spectre. On détermine ainsi les indices de réfraction d’un prisme pour diverses radiations.

Il se compose d’un cercle horizontal, d’un collimateur muni d’une fente éclairée par une source lumineuse, d’une lunette à réticule mobile autour du cercle. Enfin, le prisme est posé sur une plateforme placée au centre du cercle horizontal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le miroir à quatre faces :

Miroir à quatre faces

 

 

Flammes manométriques de Koening. Ganot, Adolphe. Traité de physique. Paris : l’Auteur-Editeur, 1876. Fig.228. Cote 38.056

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Utilisé dans l’expérience des flammes manométriques de Kœnig. La rotation rapide de ces miroirs permet de décomposer un mouvement rapide, ou du moins l’image visible d’un tel mouvement, en séquences perceptibles à l’œil par le phénomène de persistance rétinienne. On peut voir aisément dans la surface de ce miroir mobile par exemple, l’état de repos ou d’agitation des flammes.

Galvanomètre astatique :

 

Galvanomètre (modèle de Ruhmkorff). Ganot, Adolphe. Traité élémentaire de physique. Paris: Hachette, [n.d]. Fig.882. Cote 39927

Le galvanomètre astatique : Cet appareil mesure des courants électriques continus faibles en éliminant ou réduisant fortement l’influence du champ magnétique terrestre. Cet appareil a été construit par l’entreprise Trenta Frères, à Lyon.

 

 

 

 

 

 

 

Le pistolet de Volta : Ce dispositif permet de mettre en évidence l’effet chimique des charges électriques en introduisant un mélange détonant formé de deux volumes d’hydrogène et d’un volume d’oxygène dans le réservoir que l’on ferme hermétiquement avec un bouchon de liège. En l’approchant d’une machine électrique il jaillit à la fois une étincelle entre la machine et la boule extérieure, et une autre étincelle, dans le mélange détonnant qui provoque la combinaison des deux gaz. La vapeur d’eau formée à la température élevée atteinte alors, projette brusquement le bouchon dans l’air avec une détonation semblable à celle d’un coup de pistolet

Pistolet de Volta

 

Pistolet de Volta. Ganot, Adolphe. Traité élémentaire de physique. Paris: L’Auteur-Editeur, 1860.Fig. 446 et 447. Cote 45253

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Jean-François JAL. Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon 1

 

Bibliographie :

ASEISTE (Association de Sauvegarde et d’Etude des Instruments Scientifique et Techniques de l’Enseignement). Disponible en ligne [consulté en décembre 2012].

BANGE, Christian, BOURSEY, Etienne. « Physique et Physiologie, les collections d’appareils ». CLUB, magazine de l’université Claude Bernard Lyon 1, 2006, 12, p 20-21.

BOURSEY, Etienne. Brève histoire de la faculté des Sciences de Lyon. [s.l.n.d.].

BOURSEY, Etienne. « Les Trésors de Lyon 1. Les collections de Physique : la mémoire de l’imagination ». CLUB, magazine de l’université Claude Bernard Lyon 1, 2005, 10, p 4-5. Disponible en ligne [consulté en décembre 2012].

GANOT, Adolphe. Traité de physique. Paris : Chez l’Auteur-Editeur, 1876.

MAUGAT-VUILLERMET, Marie-Louise. La construction des universités de Lyon. Mémoire de Maîtrise sous la direction de Dominique Bertin. [s.l.n.d.].

 

 

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : BU Lyon 1

Laisser un commentaire

En images


Carnets de recherche