Giuseppe ALLEGRANZA, un précurseur en archéologie chrétienne

24 novembre 2012
Par

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède dans les fonds anciens des universités lyonnaises trois ouvrages parmi les plus connus de Giuseppe Allegranza (1713-1785), érudit dominicain passionné par l’archéologie chrétienne.

Très curieux d’archéologie antique, Giuseppe Allegranza a beaucoup voyagé dans toute l’Italie, le Piémont, la Ligurie, la Sicile, la France méridionale et même jusqu’à Malte. Il a également énormément écrit et entretenu des relations épistolaires suivies avec les grands érudits de son temps.

 

Les Spiegazione e riflessioni del P. Giuseppe Allegranza domenicano sopra alcuni sacri monumenti antichi di Milano1 ont été publiées en 1757 après l’installation définitive à Milan du père Allegranza. Il s’agit d’une série de 10 courts traités (dissertazione) portant chacun sur un monument ou un aspect iconographique particulier : une mosaïque, des sarcophages, des motifs ornementaux, des portails.

Spiegazione e riflessioni del P. Giuseppe Allegranza,…

Spiegazione e riflessioni del P. Giuseppe Allegranza,…

Spiegazione e riflessioni del P. Giuseppe Allegranza,...

 

Livre d’un érudit qui s’adresse à d’autres, l’ouvrage se veut pratique : de nombreuses notes de bas de page étayent les propos de l’auteur, des index complètent la lecture (un index rerum, un index des personnes et un index des animaux) ainsi qu’une page de corrections. Huit grandes planches dépliantes gravées sur cuivre terminent l’ouvrage. L’édition est très soignée avec de jolies lettres ornées au début de chaque dissertazione et des culs de lampe variés à la fin.

 

 

 

Gravure sur bois
De Sepulcris christianis in aedibus sacris...

 

 

La Bibliothèque Diderot possède également l’œuvre la plus importante de Giuseppe Allegranza en matière d’archéologie chrétienne : le De sepulcris christianis in aedibus sacris2 publié à Milan en 1773. Cet ouvrage recense des épitaphes et des inscriptions paléochrétiennes d’Italie du nord. Outre sa portée érudite, il n’est pas exempt de buts politiques puisqu’il fut publié peu après qu’un décret impérial eût empêché  l’enterrement dans les églises.

 

 

 

 

 

De Sepulcris christianis in aedibus sacris…

Après une longue introduction en latin de 64 pages, l’auteur reproduit de nombreuses inscriptions de différents lieux (92 inscriptions diverses puis 123 inscriptions antérieures au VIIe siècle, puis 171 inscriptions du couvent Sainte Marie des Grâces de Milan). L’iconographie tout comme la graphie des inscriptions sont respectées.

 

 

De Sepulcris christianis in aedibus sacris... p. 48

Celles-ci sont d’abord classées par dates puis, lorsque celles-ci sont inexistantes, par personne. Des explications savantes (références bibliographiques, identifications, suppositions…) les complètent. Une très belle planche gravée sur cuivre de quelques symboles et monogrammes chrétiens ouvre le recueil.

De Sepulcris christianis in aedibus sacris...

Cet ouvrage est d’autant plus précieux que beaucoup d’inscriptions ne nous sont connues que par les descriptions que le père Allegranza en a faites.

 

En 1781, des œuvres de Giuseppe Allegranza, qui a alors 68 ans, sont encore publiées : les Opusculi eruditi latini ed italiani3.

Le sujet d’étude porte toujours sur son objet de prédilection, l’archéologie, et chaque opuscule est dédié à un correspondant et ami. Comme toujours, les notes de bas de page sont abondantes ; des gravures sur cuivre ou sur bois soutiennent le discours lorsque c’est nécessaire.

Gravure sur cuivre
Opuscoli eruditi latini ed italiani del P. M. Giuseppe Allegranza,...

Dans les Opusculi latini a été insérée la préface du catalogue de la bibliothèque de Carlo Pertusati, collection privée qui fut à l’origine de la bibliothèque nationale de Brera créée par Marie-Thérèse en 1770 et dont le père Allegranza fut nommé premier bibliothécaire. Cet intérêt pour le classement a en effet irrigué toute l’œuvre d’Allegranza (il avait formé un projet de bibliothèque universelle, la Pansofia vers 1750 et ses œuvres elles-mêmes firent l’objet de trois catalogues). Comme toujours, l’édition de l’ouvrage est soignée et de qualité : de jolis culs de lampe ornent les fins de chapitre, quelques planches dépliantes gravées sur cuivre illustrent le propos.

 

Bibliographie :

Mgr Alfred Baudrillart (dir.)  ; [continué sous la direction de A de Meyer puis de R. Aubert]. Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques. Paris : Letouzey et Ané, 1912-….
Tome II, col. 489-493
270.03 DIC (2)

Istituto della Enciclopedia italiana. Dizionario biografico degli Italiani, t. II [Albicante-Ammannati]. Roma : Istituto della Enciclopedia italiana, 1960, p. 473-474 (M. Leuzzi)
920.045 DIZ (2)

 

  1. Spiegazione e riflessioni del P. Giuseppe Allegranza,... soprà alcuni sacri monumenti antichi di Milano. Milano : Beniamino Sirtori, 1757. FANC 17095 []
  2. De Sepulcris christianis in aedibus sacris. Accedunt inscriptiones sepulcrales christianae seculo septimo antiquiores in Insubria austriaca repertae. Item inscriptiones sepulcrales ecclesiarum atque aedium PP. Ord. Praed. Mediolani.  Mediolani : apud J. Galeatium, 1773. FANC 2134 []
  3. Opuscoli eruditi latini ed italiani del P. M. Giuseppe Allegranza,... raccolti e pubblicati dal P. D. Isidoro Bianchi,... colla aggiunta dell'elogio storico del P. D. Claudio Fromond,... scritto dal medesimo P. Bianchi. Cremona : L. Manini, 1781. FANC 7742 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Bibliothèque Diderot de Lyon

Laisser un commentaire

En images