La pasigraphie de Jean Effel

En 1968, le dessinateur Jean Effel publie à compte d’auteur un petit fascicule intitulé Avant-projet pour une écriture universelle. C’est la synthèse d’un projet qui lui tient à cœur depuis de nombreuses années : créer une écriture universelle qui puisse relier les hommes par-delà leurs différences culturelles et linguistiques. Ce document ainsi que tous les carnets préparatoires de Jean Effel se trouvent aujourd’hui dans les collections de la Bibliothèque Diderot de Lyon, et constituent un fonds d’une grande richesse sur le plan scientifique. Ces carnets ont été donnés en 2003 à la bibliothèque par Philippe Lejeune, neveu de Jean Effel.

Jean Effel, de son véritable nom François Lejeune, est né à Paris en 1908. La célébrité lui vient dans les années 40 et 50, grâce à son immense talent de dessinateur et d’illustrateur. Sous le nom de Jean Effel, il publie des dessins dans la presse parisienne (L’Express, Le Canard Enchaîné), exerce aussi bien dans le monde de la publicité que du livre pour enfants et acquiert une très grande notoriété avec la parution de son album La Création du monde en 1951. Proche du parti communiste, sa popularité s’étend largement hors de France dans les pays de l’Est de l’Europe.

Son intention de créer une écriture universelle s’inscrit dans une longue tradition de projets similaires : de nombreux érudits caressent depuis le XVIIe siècle le rêve d’inventer une langue, ou, selon les cas, une écriture compréhensible de tous, dans une perspective humaniste très nette et ambitieuse. Du XVIIe au XXe siècle, les projets, plus ou moins aboutis, de création d’une écriture universelle sont innombrables, tout particulièrement au XIXe siècle, aussi bien en France que dans de nombreux pays d’Europe. Plus précisément, le projet de Jean Effel doit être qualifié de pasigraphie : il s’agit en effet d’un système de notation universel applicable quelle que soit la langue du locuteur. L’Allemand Joseph de Maimieux (1753-1820) est à l’origine, en 1799, de l’un des premiers projets de ce type : sa Pasigraphie… ou Premiers élémens du nouvel art-science d’écrire et d’imprimer en une langue, de manière à être lu et entendu dans toute autre langue sans traduction est publiée à Paris. C’est surtout le philosophe Leibniz (1646-1716) qui a étudié cette notion de pasigraphie et d’écriture universelle dans le but de créer une sorte de « langue parfaite » et rationelle, commune à tous les hommes. Il est à l’origine, en particulier en Allemagne, de nombreux travaux de linguistique.

 

 

 

L’Avant-projet de Jean Effel est le fruit d’un travail de longue haleine. Le dessinateur a en effet collecté pendant des années, dans une quinzaine de petits classeurs, tous les symboles rencontrés dans la vie courante, dans certaines disciplines scientifiques, dans les arts. Méthodiquement classés par grandes rubriques, liés à leur signification propre et à la signification qu’ils pourraient revêtir dans le système d’écriture universelle, tous ces signes constituent la base de l’écriture qu’imagine Effel.

 

 

 

On trouve ainsi des symboles d’architecture, d’électricité, des blasons d’héraldique, la signalisation maritime. Les signes mathématiques occupent aussi une place importante, et le Guide Michelin a été soigneusement découpé pour en extraire tous les symboles relatifs aux hôtels et restaurants ! Plus finement, Effel s’est aussi attaché à travailler sur les nuances nécessaires de la langue, avec par exemple un travail important sur la « transcription » des adverbes (beaucoup, mal, presque, etc.), et sur la structure même de l’écriture, en étudiant la racine des mots et leur mode d’assemblage logique dans la phrase.

 

 

 

 

L’idée même de créer une pasigraphie, ainsi qu’il l’explique lui-même, lui serait venue en Chine, où, lors d’un voyage, il constata que les mathématiciens chinois lisaient les mêmes caractères scientifiques que les mathématiciens français.

 

 

 

 

Cette passion pour la langue et la linguistique s’illustre dans la publication même de l’Avant-projet. Effel s’entoure en effet de Louis Bazin, co-auteur de l’opuscule, éminent linguiste formé à l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm et spécialiste de l’aire linguistique turque. Quant à Michel Lejeune, qui signe la préface, lui aussi normalien, il est le frère de Jean Effel et un spécialiste reconnu des langues du pourtour du bassin méditerranéen. C’est dire l’ambition intellectuelle et la rigueur scientifique qui animent Effel dans son projet. Il revient du reste dans son Avant-projet sur le but qu’il poursuit ; pour lui, sa pasigraphie sera « un moyen de se comprendre (quelles que soient les langues propres des individus en présence) par des tracés (que chacun entend et traduit pour lui-même, dans sa propre langue). » Cette écriture universelle, qu’il qualifie d’écriture d’idées, permettra de vaincre le morcellement linguistique, nuisible aux relations entre les hommes ; elle favorisera la scolarisation et l’alphabétisation dans des régions du monde où elles sont insuffisantes ; elle sera facilement accessible aux sourds-muets. Se projetant dans un avenir déjà tourné vers le traitement automatisé des langues, Effel perçoit aussi les effets bénéfiques de cette écriture en matière de traduction.

Convaincu de son projet, Jean Effel ressent la nécessité de trouver quelques petites mains pour l’aider à avancer dans son entreprise. Il fait appel à des étudiants, chargés de collecter les symboles et de commencer un travail de structuration des données linguistiques. Mais la tâche est d’une ampleur telle que les forces manquent. Il publie dans France Soir le 19 juin 1967, un article expliquant son but et fait appel à des bonnes volontés. Le fonds Effel a gardé trace de quelques correspondances échangées avec des lecteurs de France Soir intéressés par l’affaire. De même, en juin 1967, Jean Effel est invité dans l’émission de Pierre Bellemare « Votre fortune est faite », et là encore expose son projet d’écriture en lançant un appel à collaboration. Nous n’avons pas trace du succès de ces deux entreprises médiatiques. Pour développer ses contacts et trouver des soutiens, notamment financiers, Effel s’est également mis en relation avec de nombreux intellectuels parisiens, comme Louis Aragon, avec des mathématiciens, mais aussi directement avec le ministère des Affaires culturelles, dirigé par André Malraux.

La conception linguistique fine de la pasigraphie de Jean Effel est restée à l’état de projet, faute d’avoir pu rassembler un nombre suffisant de spécialistes. Son projet humaniste n’a donc pas pu trouver d’aboutissement concret, mais témoigne d’une ambition admirable au service des hommes. Le fonds conservé aujourd’hui à la Bibliothèque Diderot de Lyon témoigne de la beauté de cette ambition et montre la qualité du travail scientifique fourni par Jean Effel.

 Billet rédigé par Christine Boyer

 

EFFEL, Jean. Avant-projet pour une écriture universelle. Paris : J. Effel, 1968

 

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jean-Claude Bélanger dit :

    Bonjour, je cherche ce document depuis des années.
    N’avait-il pas été publié par l’UNESCO?
    Dommage qu’il ne soit pas disponible en ligne sous forme PDF par exemple!
    Merci tout de même pour votre article qui est déjà éclairant!

  2. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Bonjour Monsieur,
    Désolée de vous répondre aussi tard…
    Je ne trouve pas trace de cette publication par l’UNESCO que vous mentionnez. Pour ce qui est d’un pdf accessible en ligne, le problème est que le document est encore sous droit ; actuellement, nous ne numérisons à la bibliothèque que des documents tombés dans le domaine public.
    Si vous cherchez ce document depuis des années, sachez que vous pouvez le consulter à la Bibliothèque Diderot de Lyon en salle Patrimoine si vous le souhaitez.
    Bonne journée,
    Claire Giordanengo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *