La collection Roland Bonaparte

10 octobre 2012
Par

 

Ex-libris de la collection Roland Bonaparte

Roland Bonaparte (1858-1924) est né à Paris, le 19 mai 1858. Il était le petit-neveu de Napoléon I. Il s’intéressa d’abord à l’anthropologie et à la géographie, puis il se tourna vers la botanique avec le projet de constituer un herbier général de plantes exotiques, médicinales, industrielles de grande culture ou caractéristiques d’une région géographique. Il collecta lui-même peu d’échantillons, mais les obtint par achats ou échanges. En une dizaine d’années, il réalisa un herbier de plus de 3 500 000 spécimens de plantes du monde entier de tous les groupes botaniques et eut 12 personnes sous ses ordres pour s’occuper de sa collection. Il fit construire à Paris, avenue de Iéna, un hôtel particulier pour y mettre sa collection. À sa mort en 1924, sa fille Marie, princesse de Grèce, légua 500 000 spécimens de fougères au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris et 3 000 000 de spécimens à l’Université de Lyon. La collection arriva en train dans 22 wagons, avec les meubles de collection ainsi qu’une bibliothèque de 1 800 ouvrages. Elle fut stockée jusqu’en 1958 dans la chapelle désaffectée du Grand Séminaire de St Just (actuellement le lycée St Just), puis rue Chevreul à Lyon dans un bâtiment de l’ancienne Faculté des Sciences, et enfin en 1971 dans un bâtiment spécifique sur le Campus de la Doua à Villeurbanne.

La collection Bonaparte est placée dans 13 meubles à 60 casiers, soit 288 boites par meuble, ainsi que 12 meubles à 72 casiers, soit 348 boîtes par meuble. Au total, l’herbier Bonaparte est constitué de 7 920 boîtes. Chaque boîte mesure 48 cm de hauteur, 31 cm de largeur et 14 cm d’épaisseur. Un classeur est présent dans chacune d’entre-elles, dans lequel se trouvent les parts (les planches) d’herbier. Afin de ne pas laisser tomber les parts lors de la prise en main d’un classeur, 4 lacettes en coton (deux dans le sens de la hauteur et deux dans le sens de la largeur) sont nouées. Un classeur comporte en moyenne entre 100 et 150 parts.  

Une boîte et un classeur ouvert avec des parts d’herbier

Meuble de la collection Roland Bonaparte

L’originalité patrimoniale de la collection réside dans la présentation des boîtes en position verticale dans chaque casier. Roland Bonaparte a conçu son herbier comme une bibliothèque : chaque boîte porte un numéro correspondant à celui d’un fichier général. Les plantes sont classées selon l’époque, en suivant l’Index Durand. Chaque boîte porte en plus le nom de genre et d’espèce du matériel sec présent. En botanique, la nomenclature est binomiale. Le classeur peut cependant contenir plusieurs espèces d’un même genre avec un ordre alphabétique décroissant de présentation. Chaque nouveau genre est représenté par des planches couleurs extraites de livres botaniques d’époque avec ses caractéristiques morphologiques. Dans le fichier, les fiches sont classées par ordre alphabétique de genre. La fiche indique outre le numéro de l’Index Durand, la nature des organes représentés en herbier : T (= tige), Fll (= feuilles), R (= racine), Flr (= fleurs), Gr (= graines), Fr (= fruits).

Sur chaque part, un ou plusieurs échantillons entiers ou fragmentaires de la même espèce sont fixés par des petites bandelettes de papier ou du fil. En bas de la part, la carte d’identité de la plante est présente (nom de genre, d’espèce, date de collecte, lieu de collecte et nom du collecteur). La collection concerne essentiellement les plantes supérieures (plantes à fleurs), qui représentent plus de la moitié des espèces de la flore mondiale.

Pl. Bromeliacées : vriesea, avec fixation par des bandes de papier

Pl. Araucariacées : araucaria avec fixation par du fil de coton

La collection est accompagnée de bocaux contenant des plantes, des graines et des fruits dans un liquide de conservation, alcool ou formol, ainsi qu’une collection de graines et de fruits secs. Le fonds comporte également 636 dossiers différents de correspondance de Roland Bonaparte avec ses fournisseurs, qui pouvaient être des amateurs, des scientifiques, des membres de sociétés d’échange, des membres du clergé, des libraires, des antiquaires, des politiques. Le prix d’une part pouvait varier, selon l’importance de l’espèce en localisation et rareté, entre 0,14 F et 3 F de l’époque.

Cette collection a une grande importance pour la connaissance de la biodiversité végétale mondiale et fait l’objet de nombreux travaux de recherche1 dans tous les domaines de la botanique. De plus, elle comprend plus de 3 000 échantillons de référence qui correspondent aux différentes publications réalisées par Roland Bonaparte ou ses collaborateurs.

 

Georges Barale, Directeur des Herbiers de l’Université Claude Bernard Lyon 1

 

Bibliographie :

Bange, Christian. « Les collections botaniques privées en France au XIXe siècle » in : Ribault, Jean-Yves. Mécènes et collectionneurs. Vol. I, Les variantes d'une passion : actes du 121e Congrès des sociétés historiques et scientifiques, Nice, 1996. Paris : Éd. du CTHS, 1999

Barale, Georges. Les herbiers de l’Université de Lyon : composition, histoire et utilisation. Lyon : Herbiers de l’Université, 2012

Beauverie, Jean. Trois mécènes de la botanique : Benjamin Delessert, Edmond Boissier, Prince Roland Bonaparte : Discours de réception à l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon. Lyon : Société anonyme de l’imprimerie A. Rey, 1931

Beauverie, Jean. Les herbiers et les collections du Laboratoire de Botanique de la Faculté des Sciences de Lyon, 68ème congrès national des sociétés savantes. Lyon, 1935

Duclos, France. « Un collectionneur, sa bibliothèque et la Société de géographie : Roland Bonaparte (1858-1924) » in : Acta geographica. 1996, n°107

Lecomte, Henri. « Notice sur S.A. le Prince Roland Bonaparte » in : Bulletin de la Société Botanique de France. 1924, p. 1041-1047.

Noël, C.-C. Les travaux scientifiques de S. A. I. le Prince Roland Bonaparte. Evreux : impr. de C. Hérissey, 1897

 

  1. 15 thèses en cours []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : BU Lyon 1

Laisser un commentaire

En images


Carnets de recherche