Les thèses de médecine légale du fonds Lacassagne

Alexandre Lacassagne, Professeur à la Faculté de Médecine de Lyon, a dirigé plus de deux cents thèses portant sur la médecine légale qui venait de faire son apparition dans les programmes des étudiants. Ces ouvrages sont aujourd’hui conservés dans le fonds ancien de la Bibliothèque universitaire Lyon 1. La plupart comportent des documents ajoutés par le Professeur lui-même, comme des lettres de ses étudiants, des articles de revues dont le sujet se rapporte à la thèse, ou encore des annotations, critiques ou élogieuses, sur les travaux de ses élèves.

Annotations du Professeur Lacassagne. Massenet, Henri. Quelques causes sociales du crime. Lyon : Storck, 1894, p. 24. Cote SANFA 601560

Les travaux de médecine légale des étudiants du Professeur Lacassagne portent sur des sujets très différents, certains sont très techniques basés sur des observations cliniques (Du cordon ombilical au point de vue médico-judiciaire de François-Joseph  Saint-Cyr, soutenue en 1892 ; Du spasme cadavérique, de Fernand Mazellier, soutenue en 1898), d’autres étudient les crimes en eux-mêmes (De l’homicide conjugal de Marcel Dornier, soutenue en 1904 ; De l’infanticide par strangulation de Louis-Gabriel Philippon, soutenue en 1895). D’autres encore s’intéressent au profil médico-psychologiques de personnes célèbres (Étude médico-psychologique sur Olympe de Gouges d’Alfred Guillois en 1905, Étude médico-psychologique sur Dostoïewskyde Pierre-Gaston Loygue en 1904). Certaines concernent l’histoire de la profession et le rôle du médecin face à certains cas.

Les thèses en médecine légale sont intéressantes du point de vue de la construction intellectuelle. Un sujet est développé à partir d’observations effectuées par l’étudiant lui-même, ou à partir des rapports établis par les médecins lors d’affaires criminelles.

Ces observations très précises renseignent sur les moyens de résoudre une enquête criminelle par la médecine au début du XXe siècle. Dans les rapports, l’état du cadavre est minutieusement décrit, de l’état du cerveau à l’intérieur de l’estomac, en passant par les vêtements et l’expression faciale de la victime. On s’intéresse également aux criminels, à la cause de leur acte, déterminé croit-on par leur classe sociale, leurs antécédents psychologiques, et même par la génétique.

Le cerveau de Gonnachon. Genod, Camille. Le cerveau des criminels. Lyon : Storck, 1893, p. XXX. Cote SANFA 601575

Dans sa thèse Le cerveau des criminels soutenue en 1893, Camille Genod étudie le cerveau du dénommé Gonnachon, accusé de parricide en février 1883. Le corps du père de Gonnachon a été examiné par le Professeur Lacassagne, qui en a déduit que le décès a été occasionné par la section de l’artère carotide. Le crâne présente également une fracture au-dessus de l’arcade sourcilière du côté droit. Gonnachon a en effet demandé à un complice d’assommer son père d’un coup de gourdin, et s’est lui-même chargé d’achever la victime à coups de hache. Son complice confesse le meurtre. Il sera envoyé aux travaux forcés, alors que Gonnachon sera exécuté à Lyon place Sainte-Blandine le 14 octobre 1883.

Pour expliquer les causes de ce crime, Camille Genod examine le cerveau du parricide, mais n’y trouve rien de probant. Il en conclut qu’on ne peut pas expliquer un penchant criminel par la forme anatomique du cerveau.

A la fin du XIXe et au début du XXe siècle surviennent plusieurs crimes regroupés sous le terme de « malles sanglantes ». Il s’agit, à chaque fois, de corps découverts dans des malles. La première est l’affaire dite de la « Malle à Gouffé ».

En 1889, le Professeur Lacassagne résout la célèbre affaire de la « Malle à Gouffé », également connue sous le nom de « Malle sanglante de Millery ». En utilisant des méthodes proches de celles de la police scientifique, il permet l’identification d’un cadavre et la reconstitution du meurtre. Revenons sur les faits : l’été 1889, dans le village de Millery, un cantonnier découvre des restes humains enveloppés dans une toile. L’identification paraît difficile : le corps est nu et dans un état de décomposition avancé. La première autopsie est réalisée par le docteur Claude Bernard, qui indique que la victime est de sexe masculin, et doit avoir entre trente-cinq et quarante-cinq ans. On recherche parmi les personnes disparues, celle d’un huissier parisien de quarante-huit ans, Gouffé retient l’attention de la police. On envoie le beau-frère du disparu à Lyon identifier le corps, sans succès. Quelques jours plus tard, à Saint-Genis-Laval, commune proche de Millery, on découvre une malle très abîmée, dont le fond est taché de sang. Le rapprochement avec le cadavre de Millery est rapidement fait, mais il faut des preuves. Le commissaire chargé de l’enquête demande au Professeur Lacassagne de procéder à une seconde autopsie. Le Professeur en déduit grâce à l’étude des os, qu’il s’agit d’un homme âgé d’une cinquantaine d’année mesurant 1,78 m. Ces informations correspondent à celles figurant sur le livret militaire de Gouffé. L’identification est ensuite confirmée par l’examen des cheveux trouvés sur les restes humains avec une touffe de cheveux récupérée sur le nécessaire de toilette du disparu. Les meurtriers sont un couple parvenu à piéger la victime pour s’emparer de l’argent de son étude.

Cette affaire est souvent présentée comme un modèle pour l’identification des corps, car on a utilisé des méthodes proches de celles de la police scientifique.

Photo du corps dans la malle. Fadeuilhe, Henri . De la suffocation et en particulier de la suffocation dans un espace clos. Lyon : Storck, 1897, p.71. Cote SANFA 601612

Henri Fadeuilhe, étudie une autre affaire de « malle sanglante » dans sa thèse De la suffocation parue en 1897, l’affaire dite « de la rue Tavernier ». En février 1896, le corps d’un homme est découvert par sa maîtresse dans une malle, dans un appartement de la rue Tavernier. Celle-ci prévient immédiatement l’épouse et on pense d’abord à un accident. La victime se serait cachée pour surprendre sa maîtresse partie à l’opéra avec un amant. Henri Fadeuilhe détaille les nombreuses expériences réalisées pour étudier les causes de la mort. Des chiens sont étranglés et déposés dans la fameuse malle, d’autres sont enfermés et laissés mourir pour comparer leurs réactions physiologiques avec celles de la victime. On procède en outre à différentes reconstitutions pour expliquer comment l’homme a pu entrer seul dans la malle, et y tenir entièrement. Toutes ces observations permettent de conclure qu’il s’agit bien d’un crime, que la victime a été étranglée, et qu’elle n’est pas décédée par suffocation.

On trouve fréquemment ce type d’observations dans les thèses dirigées par le Professeur Lacassagne. Elles sont un riche témoignage des débuts de la police scientifique et de l’essor de la médecine légale moderne.

 

Billet rédigé par Clarisse Dire

Bibliographie :

Chauvy, Gérard. « Le meurtre de l’huissier Gouffé ». Disponible en ligne [consulté en avril 2012]

Exposition virtuelle de la Bibliothèque municipale de Lyon retraçant de grandes affaires criminelles lyonnaises de la fin du XIXe siècle à travers la presse. Disponible en ligne [consulté en avril 2012]

Fadeuilhe, Henri. De la suffocation et en particulier de la suffocation dans un espace clos. Lyon : Storck, 1897

Genod, Camille. Le cerveau des criminels. Lyon : Storck, 1893

Lacassagne, Alexandre. Affaire de la rue Tavernier : strangulation par les mains ou suffocation. Lyon : Storck, 1897

Massenet, Henri. Quelques causes sociales du crime. Lyon : Storck, 1894

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 6 mai 2014

    […] Le docteur Lacassagne, père, se passionnait pour l’étude des tatouages : médecin militaire en Algérie, dans les années 1870, auprès des bataillons d’Afrique, il entreprend de relever les marques corporelles dont s’ornent les soldats* et, en 1881, il publie un essai sur le sujet (Les tatouages : étude anthropologique et medico-légale). Comme me le signale une lectrice attentive de La Brouette, il encadre également des thèses sur le tatouage, aujourd’hui conservées dans le fonds Lacassagne de la bibliothèque universitaire Lyon 1. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *