Léon Clédat : une enquête sur les patois de la région lyonnaise

Clédat, Léon. Enquête sur les patois de la région lyonnaise, Haute Savoie. Cote Mss & R 163

 

En 1917, Léon Clédat, alors doyen de la Faculté des lettres, fait don à la Bibliothèque de l’Université de Lyon de recueils de manuscrits qui sont la compilation de l’enquête sur les patois de la région lyonnaise, qu’il avait lancée dans les années 1880.

 

L’enquête est composée de deux questionnaires envoyés à un maximum de correspondants dans les départements autour de la région lyonnaise : l’Ain, l’Ardèche, les Hautes-Alpes, le territoire de Belfort, le Doubs, la Drôme, l’Isère, le Jura, la Loire, la Haute-Loire, le Rhône, la Saône et Loire, la Haute-Saône, la Savoie, la Haute-Savoie et les Vosges.

Léon Clédat entreprend cette enquête avec le soutien des recteurs et des inspecteurs des académies de Lyon, Besançon, Nancy, Chambéry et Clermont, qui l’ont adressé à des instituteurs disposés à l’aider dans chaque canton.

Les 21 volumes regroupent les deux questionnaires, petits cahiers de quelques pages imprimés puis remplis par les personnes à qui Léon Clédat a fait appel, rassemblés et reliés ensemble par département et par questionnaire (questionnaire I puis questionnaire II, souvent dans deux volumes séparés). Chaque ouvrage comprend une carte en couleur du département.

Clédat, Léon. Enquête sur les patois de la région lyonnaise, carte du Rhône, gravé chez Erhard, dessiné par Alp. Mouraux : Paris, Hachette. Cote : Mss & R 158

Les expressions à traduire ou les questions typographiées sont présentes sur le questionnaire I. Pour le questionnaire II il faut se reporter, pour le texte d’origine en français, à la page 81 de la Revue de philologie française, tome XIII, 1899. L’exercice consiste à traduire des phrases ou expressions du français en patois régional en prenant soin d’écrire les mots exactement comme ils se prononcent (en phonétique) et de souligner de deux traits la syllabe tonique de chaque mot1.

Les questionnaires sont donc envoyés dans au moins une commune par canton, à l’instituteur du village, qui le remplit et le retourne à Léon Clédat.

Clédat, Léon. Enquête sur les patois de la région lyonnaise, Saône et Loire, questionnaire I. Cote : Mss & R 160

Léon Clédat traduit les résultats de ses recherches sur ces questionnaires dans sa Revue de philologie française. Il se sert surtout du questionnaire I pour des publications sur les articles définis et indéfinis ou sur les caractéristiques des accords au féminin et au pluriel (articles parus dans la Revue des patois de 1887 et 1888). Le questionnaire II lui sert pour des études sur les articles possessifs et démonstratifs ou sur la conjugaison de l’indicatif présent et imparfait2. Une fois l’enquête et les études qu’ils voulaient en tirer terminées, Léon Clédat dépose ces sources à la Bibliothèque universitaire de Lyon pour qu’elles puissent servir aux travaux d’autres chercheurs et étudiants.

Clédat, Léon. Enquête sur les patois de la région lyonnaise, Rhône, questionnaire I. Cote : Mss & R 158

 

Revue de philologie française et provençale : recueil trimestriel…, Tome V, 1891. Paris : Emile Bouillon. Cote : Magasin 3 PM400

 

Léon Clédat (1851-1930) est un philologue, dialectologue, historien de la langue et de la littérature, grammairien de l’école et réformateur de l’orthographe, professeur émérite à l’Université de Lyon. Diplômé de l’École des Chartes et de l’École française de Rome, il est en poste à la Faculté des lettres de Lyon dès 1876 où il enseigne la littérature médiévale, la grammaire historique et la paléographie. Il fonde en 1887 la Revue des patois, qui trop concurrencée par d’autres revues sur le même sujet, devient en 1889 la Revue de philologie française et provençale, renommée en 1897 Revue de philologie française et de littérature. Léon Clédat y publie ses principaux travaux sur divers sujets (éditions de textes, discussions grammaticales, recherches étymologiques…). Après un début difficile, c’est en fait, et selon Léon Clédat lui-même, l’enquête sur les patois de la région lyonnaise qui permit un véritable lancement de la revue, car à cette époque, « un certain nombre de Conseils généraux souscrivirent en effet des abonnements destinés aux bibliothèques pédagogiques, pour que les instituteurs pussent se rendre compte de l’utilisation de leurs réponses »3.

 

Il donne tout au long de sa carrière la priorité à son enseignement et à la diffusion la plus large possible des travaux érudits sur l’étude des langues, la grammaire et l’orthographe. Il publie énormément à l’usage des étudiants, et l’aboutissement de son œuvre est la publication d’un Dictionnaire étymologique de la langue française, dont il doit paraître, à la veille de la mort de son auteur, une treizième édition.

Léon Clédat, comme nombre de ses collègues de l’époque, est le témoin de l’évolution des dialectes en France et de l’évolution de la pensée sur ces langages. Alors qu’il voit les patois disparaître, il s’efforce d’en redorer le blason, et de mettre en lumière l’importance qu’ils peuvent  avoir pour l’étude historique et grammaticale de la langue.

En France, la langue française commence à s’imposer dans l’administration à partir de 1539 avec l'ordonnance de Villers-Cotterêts ; elle ne deviendra majoritaire que beaucoup plus tard, après les politiques menées par la Révolution et surtout grâce à la IIIe République et la promulgation de la loi Jules Ferry (1882). L’école primaire laïque, gratuite et obligatoire est en effet le premier facteur de la disparition des patois, l’usage des langues régionales étant interdit et sanctionné à l’école même pendant les récréations. Pourtant l’évolution est assez lente et de nombreux témoignages indiquent qu’en 1914, des régiments régionaux communiquaient encore entre eux dans leurs dialectes.

L’exode rural, l’industrialisation du pays, la généralisation de la radiodiffusion (et plus tard de la télédiffusion) jouent également, au côté de l’instruction primaire obligatoire, des rôles primordiaux dans la disparition des dialectes régionaux.

Dès la mise en place de cette politique républicaine d’uniformisation des langages, des érudits s’intéressent à ces patois et tentent d’en conserver une mémoire. En 1806, une première enquête, officielle doit recenser tous les dialectes parlés sur le grand territoire napoléonien. Tout au long du XIXe siècle, des chercheurs, dont Léon Clédat est l’héritier direct, vont tenter de révéler l’importance de ces dialectes pour la connaissance du passé et de l’évolution de la langue française. De nombreuses études sont lancées, par exemple une grande enquête sur toute la France et les territoires limitrophes à la fin du XIXe par Jules Gilliéron pour son Atlas linguistique de la France, publié de 1902 à 1910 en 35 fascicules. Les travaux sur le sujet susciteront encore tout au long du XXe siècle l’intérêt de nombreux chercheurs en linguistique et littérature.

Gilliéron, Jules ; Edmond, Edmond. Atlas linguistique de la France. Paris : H. Champion, 1902-1920. Cote : 447.GIL

 

Léon Clédat est donc dans « l’air du temps » avec son enquête sur les patois lyonnais, et répond à ce désir pressant de compiler les dialectes régionaux, dont la valeur est capitale pour la compréhension de l’histoire des langages, de la littérature et de la France, avant qu’ils ne disparaissent.

 

Bibliographie :

Lauwers, Peter, Swiggers, Pierre (éd.).  L’œuvre grammaticale et linguistique de Léon Clédat. Leuven ; Paris ; Walpole (Mass.) : Peeters, 2010

Bossuat, Robert. « Léon Clédat » in Bibliothèque de l'école des chartes. 1930, tome 91, p. 230-233. Disponible en ligne [consulté en mars 2012]

Horiot, Brigitte. « Les Français et leurs langues : enquêtes sur les patois, dialectes et mots régionaux » in La Clé des Langues. Octobre 2011. Disponible en ligne [consulté en mars 2012]

Revue des patois : recueil trimestriel. Paris : F. Vieweb, 2 tomes, 1887-1888. Disponible en ligne [consulté en mars 2012]

Revue de philologie française et provençale : recueil trimestriel. Paris : E. Bouillon, 8 tomes, 1889-1896. Disponible en ligne [consulté en mars 2012]

Revue de philologie française et de littérature. Paris : E. Bouillon, 18 tomes, 1897-1917. Disponible en ligne [consulté en mars 2012]

Lien vers la notice sur Calames

 

  1. Liste des phrases à traduire pour le questionnaire II. Disponible en ligne []
  2. Cf. les articles de M. Vignon dans la Revue de philologie française de 1899-1908 []
  3. Clédat, Léon, «à nos lecteurs » Revue de philologie française et de littérature, tome 32 (1920), cité dans LAUWERS Peter, Swiggers, Pierre. L’œuvre grammaticale et linguistique de Léon Clédat. Leuven : Paris : Peeters, 2010 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Bibliothèque Diderot de Lyon

Laisser un commentaire

En images