André Vernet, une curiosité érudite au service de la bibliophilie

La Bibliothèque interuniversitaire de lettres et sciences humaines de Lyon est dépositaire depuis 2005 d’une partie de la bibliothèque personnelle de l’archiviste-paléographe André Vernet (1910-1999), à savoir 3016 volumes dont 1 000 tirés à part et 240 ouvrages anciens c’est-à-dire antérieurs à 1830.

Parmi ceux-ci, une chronique étonnante, le Lectionum memorabilium et reconditarum  (1600) de Johann Wolf, a déjà fait l’objet d’un article sur ce blog en 2011.

Fig. 1 : un des ex-libris imprimés d’André Vernet identifiant ses ouvrages

 

Bibliophile curieux et bibliographe averti, André Vernet s’intéresse non seulement au contenu intellectuel des ouvrages qu’il acquiert en lien avec ses travaux et ses centres d’intérêt, mais également à leur histoire éditoriale, leurs anciens possesseurs, leur provenance, voire de quelle bibliothèque ils sont issus et comment ils se sont transmis d’un possesseur à l’autre. Il fait preuve d’une érudition et d’une rigueur scientifiques sans faille pour identifier une édition mais aussi un ex-libris ou toute autre marque de bibliographie matérielle.

À ce titre nous nous intéresserons à deux ouvrages conservés à la BIU Lsh : le Brunellus Vigelli, & Vetula Ovidii… de 15621 et  Le fameux livre des trois imposteurs traduit du latin en français2, manuscrit daté de 1747. Tous deux sont identifiés grâce à l’ex-libris imprimé personnel d’André Vernet (fig. 1).

Fig. 1 bis : armes de Philippe Guillaume, comte et seigneur de Boinebourg. Brunellus Vigelli, & Vetula Ovidii Seu: Opuscula duo auctorum incertorum: prius quidem Vigelli, qui fertur, Speculum stultorum… Cote Res 2 88567

 

 

 

Le premier  rassemble le Speculum stultorum ou « Miroir des fous » de Nigel de Longchamp (XIIe siècle), satire virulente du clergé et de la société médiévale, et le De Vetula,  poème philosophique attribué à Ovide mais  plus vraisemblablement œuvre de Richard de Fournival (XIIIe siècle).

On aperçoit sur le contreplat supérieur du livre un bel ex-libris imprimé aux armes de Philippe Guillaume, comte de Boinebourg (1656-1717) (fig. 1 bis).

On apprend, grâce à un petit dossier manuscrit rédigé par André Vernet lui-même et inséré dans le livre, que ce comte possédait une bibliothèque remarquable héritée de son père Johann Christian von Boineburg (1622-1672), qu’il donna à l’Université d’Erfurt et dont Leibnitz fut nommé bibliothécaire à l’âge de 21 ans en 1667. Vraisemblablement, l’origine prestigieuse de cet ouvrage n’est pas étrangère à l’acquisition de notre collectionneur même si le Speculum stultorum  et  le De Vetula  appartiennent à la poésie latine médiévale, sujet de prédilection d’André Vernet. S’ensuivent, rédigés par A. Vernet, une petite bibliographie sur Leibnitz bibliothécaire (fig. 2 et 3) et une recherche sur les blasons des Boinebourg provenant du Rietstap.

 

Fig. 2 : notes manuscrites d’A. Vernet sur les comtes de Boinebourg et Leibnitz bibliothécaire

Fig. 3 : notes manuscrites d’A. Vernet sur les comtes de Boinebourg et Leibnitz bibliothécaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le deuxième ouvrage manifeste non seulement le goût d’André Vernet pour les textes issus de bibliothèques d’érudits notoires, mais surtout pour la reconstitution d’une histoire éditoriale complexe : il s’agit du Fameux livre des trois imposteurs traduit du latin en français. C’est un manuscrit in-quarto, d’une belle écriture du XVIIIe siècle, daté de 1747, et qui provient de la bibliothèque Bouhier ou plus exactement d’après la page de titre : « de la bibliothèque de M. Le P. Bouhier » donc de la période du Président Jean IV (1673-1746) (fig. 4 et 4 bis).

Fig. 4 : page de titre du manuscrit du Fameux livre des trois imposteurs provenant de la bibliothèque Bouhier. Cote Res 2 88637

Fig. 4 bis : reprise du titre p. 29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En regard de l’intérêt philosophique de ce texte célèbre sur l’hypothétique imposture des fondateurs des trois religions monothéistes, la personne du président Bouhier, jurisconsulte dijonnais de premier plan, et l’histoire de sa bibliothèque familiale prestigieuse ont vraisemblablement compté pour André Vernet dans la décision d’acquérir cet ouvrage. Il s’est procuré une biographie3 sur l’histoire de ce juriste réputé – commentateur de la coutume de Bourgogne – et sur sa bibliothèque. Il a d’ailleurs rédigé lui-même l’appendice important de l’ouvrage d’Albert Roussin sur la bibliothèque Bouhier4. Tous ces ouvrages sont consultables à la BIU Lsh.

Fig. 5 : lettre de Frédéric empereur au très illustre Othon. Cote Res 2 88637

 

 

 

En quoi consiste ce manuscrit ? Il s’agit d’un pamphlet politique, antireligieux, dans la tradition du libertinage érudit et des Lumières, diffusé clandestinement dès la fin du XVIIe siècle sous divers titres et diverses formes et durant tout le XVIIIe siècle. Le manuscrit de la BIU Lsh comprend quant à lui 21 chapitres ; il est précédé d’une dissertation anonyme sur le Livre des trois imposteurs, et d’une prétendue lettre de Frédéric II empereur au très illustre Othon (fig. 5). On apprend à la page 273 du manuscrit qu’il a été copié d’un manuscrit appartenant au prince Eugène de Savoie avec la permission du baron de Puffendorf (fig. 6). Enfin, il faut préciser la présence dans les marges de notes manuscrites de la main même du copiste.

 

 

 

Fig. 6 : mention manuscrite en latin identifiant l’exemplaire d’Eugène de Savoie comme étant à l’origine du manuscrit Bouhier, p. 273

 

Curieux d’identifier tous les avatars de ce texte, André Vernet a constitué ici aussi, sous la forme de modestes notes prises sur des feuillets de récupération, une recension importante de nombreux manuscrits en latin et en français ayant trait au thème des trois imposteurs, identifiant pas moins d’une trentaine de textes dont plusieurs à Hambourg, à Kiel, et à Stuttgart en Allemagne mais aussi à Paris, Londres, Leyde, Manchester. Non seulement  il a identifié tous ces textes à une époque où les catalogues informatisés étaient peu courants mais il les a étudiés finement pour la plupart comme le montrent quelques reproductions.

Fig. 7 : note manuscrite d’A. Vernet. BSb cod. Gall. 415, même mention que sur le manuscrit Bouhier sauf la transformation de Puffendorf en Hogendorf et la présence d’une date : 1716

 

 

On retrouve souvent dans ses notes, telle celle concernant le manuscrit de Munich (cod. Gall. 415), la mention suivante recopiée par A. Vernet « Permittente domino barone  de Hogendorf descripsi hunc codicem ex autographo Bibliothecae serenissimi principis Eugenii a Sabaudia anno 1716 » (fig. 7). Deux différences cependant : on trouve Puffendorf et non Hogendorf sur le manuscrit de la bibliothèque et il n’y a pas de mention de date. Par contre, notre manuscrit est daté de 1747 sur la page de titre, juste un an après la mort du Président Bouhier. Serait-ce une copie de copie ?

 

 

 

 

 

André Vernet a joint à ses notes une bibliographie dont une partie concerne le prince Eugène de Savoie (fig. 8, 8 bis et 8 ter).

Fig. 8 : note manuscrite d’A. Vernet : courte biographie d’Eugène de Savoie suivie d’une bibliographie sur le même

Fig. 8 bis : note manuscrite d’A. Vernet : courte biographie d’Eugène de Savoie suivie d’une bibliographie sur le même

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig. 8 ter : note manuscrite d’A. Vernet : courte biographie d’Eugène de Savoie suivie d’une bibliographie sur le même

 

 

 

L’ensemble constitue un petit dossier conséquent intitulé Légende des trois imposteurs.

L’histoire de ce traité et de ses formes manuscrites et éditoriales successives très complexes a été mise en lumière depuis par Françoise Charles-Daubert dans son ouvrage : Le Traité des trois imposteurs et L’Esprit de Spinosa, philosophie clandestine entre 1678 et 1768, édité à la Voltaire Foudation, en 1999. Elle distingue 5 grandes familles de textes dont une semble correspondre au manuscrit de Bouhier acheté par André Vernet.

On peut s’y reporter avec profit si l’on veut approfondir l’histoire curieuse de ce texte anonyme clandestin « dont la destinée, la diffusion et la longévité sont tout à fait exceptionnelles »5.

 Billet rédigé par Martine Stremsdoerfer

 

Bibliographie :

Botineau, Pierre. « Pseudo-Ovidius De vetula. Untersuchungen und Text von Paul Klopsch. Leiden und Köln : E.J. Brill, 1967″ in Bibliothèque de l’école des Chartes. Année 1968, vol. 126, n°2, pp. 522-525. Disponible en ligne [consulté en avril 2012]

Charles-Daubert, Françoise. Le traité des trois imposteurs ;  et L’esprit de Spinoza : philosophie clandestine entre 1678 et 1768. Oxford : Voltaire Foundation, cop. 1999, p. 374. Cote ENS mag 7 : B 8417 (8)

Le Grand dictionnaire historique, ou le Mélange curieux de l’histoire sacrée et profane… par le Sr Louys Moreri. A Paris : chez les libraires associés MDCCLIX. Cote : 903 MOR

Dictionaire historique et critique, par M. Pierre Bayle. Quatrieme édition revue, corrigée et augmentée, avec la vie de l’auteur par M. Des Maizeaux. Tome premier [-quatrième]. A Amsterdam, : chez P. Brunel ; R. & J. Wetstein & G. Smith ; H. Waesberge ; P. Humbert ; F. Honoré. Z. Chatelain ; & P. Mortier, 1730. 4 vol. Cote : 52/1 à 52/4

 

  1. Brunellus Vigelli, & Vetula Ovidii Seu : Opuscula duo auctorum incertorum: prius quidem Vigelli, qui fertur, Speculum stultorum… anno MDCLXII. Cote : Res 2 88567 []
  2. Le Fameux livre des trois imposteurs traduit du latin en françois, m.s. de la bibliothèque de M. le P. Bouhier. C. 152… [S.l.] : [s.n.], 1747.Cote : Res 2 88637 []
  3. Le président Bouhier, sa vie ses ouvrages et sa bibliothèque par Charles des Guerrois. Paris : Ledoyen ; Schulz et Thuillié, 1855. Cote : 071446 []
  4. La bibliothèque Bouhier : histoire d’une collection formée du XVIe au XVIIIe siècle par une famille de magistrats bourguignons / Albert Ronsin,… ; avec un appendice par André Vernet,… et l’abbé Raymond Etaix,…sur la situation actuelle des manuscrits Bouhier et leur provenance. Dijon : Académie des sciences arts et belles-lettres, 1971. Cote : 034436 []
  5. Charles-Daubert, Françoise. Le traité des trois imposteurs ;  et L’esprit de Spinoza : philosophie clandestine entre 1678 et 1768. Oxford : Voltaire Foundation, cop. 1999, p. 374. Cote ENS mag 7 : B 8417 (8) []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *