Le droit enseigné par l’image (2/2) : illustrer les degrés de parenté

La complexité des ouvrages de droit, leur architecture a très tôt amené à souhaiter les illustrer pour mieux les maîtriser. Nous avions vu dans le dernier billet une tentative du XVIIIe siècle pour illustrer le Corpus juris civilis. Cette fois-ci, nous nous pencherons sur une représentation plus ancienne et beaucoup plus répandue, les arbres de consanguinité et d’affinité (arbores consanguinitatis et arbores affinitatis).

Cette représentation a pour objet de clarifier, de rendre visuellement explicites les degrés de parenté qui unissent les membres d’une même famille, en droit romain et en droit canonique. En effet, ce nombre de degrés n’est pas le même entre le comput romain (système dit « de l’échelle double » dans lequel sont comptés les intervalles qui remontent à l’ancêtre commun et ceux qui en redescendent) et le comput canonique (système dit « de l’échelle simple » où seuls sont comptés les intervalles qui remontent à l’ancêtre commun). Ainsi, des cousins germains sont parents au 4e degré en droit romain mais seulement au 2e degré en droit canonique. Civilistes et canonistes ont donc tous besoin pour des raisons diverses de pouvoir bien déterminer ces degrés.

Isidore de Séville. Opera omnia quae extant…, Cologne : Hierat, 1617, p. 82. Cote Rés. 2 1297

Le canoniste doit déterminer rapidement les degrés de parenté auxquels s’appliquent les prohibitions de mariage : jusqu’au début du XIIIe siècle, les unions sont interdites entre conjoints qui sont apparentés jusqu’au 7e degré canonique inclus ; à partir du concile de Latran IV (1215) cette interdiction est réduite au 4e degré. Encore faut-il savoir et pouvoir compter ces degrés…

Les canonistes ont donc élaboré un outil de travail : l’arbre de parenté et l’arbre de consanguinité. Ces arbores consanguinitatis n’avaient pas à l’origine la forme d’un arbre : dans les Étymologies d’Isidore de Séville (livre IX, chapitres 5 à 7), il s’agit plutôt de schémas ou stemmata aux formes géométriques qui représentent les relations de famille et les degrés de parenté.

 

Le diagramme en forme trapézoïdale présente les degrés de parenté romains : entre un frère et sa sœur, il y a deux degrés romains (ce qui correspond au petit chiffre noté), entre un frère et le fils de sa sœur (son neveu donc) il y a trois degrés romains etc.

Isidore de Séville. Opera omnia quae extant…, Cologne : Hierat, 1617, p. 83. Cote Rés. 2 1297

Sur le second schéma, il s’agit des degrés en ligne directe : entre un grand-père et son petit-fils, il y a deux degrés etc…

Isidore de Séville. Opera omnia quae extant…, Cologne : Hierat, 1617, p. 84. Cote Rés. 2 1297

Enfin, un système de cercles concentriques clarifie le vocabulaire de la parenté par rapport à un ego central.

Yves de Chartres. Opera omnia in duas partes distributa…, Paris : L. Cottereau, 1647, p. 304. Cote FA 1599

 

 

 

 

 

Ces diagrammes eurent une longue postérité : on les retrouve, parfois légèrement retouchés, dans de nombreuses œuvres canoniques, comme par exemple dans le Décret d’Yves de Chartres.

 

Gratien. Décret. Paris : J. Petit, T. Kerver, 1506, fol. 525. Cote Mss&R 58

Gratien. Décret. Paris : J. Petit, T. Kerver, 1506, fol. 525. Cote Mss&R 58

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des représentations proches mais légèrement différentes connaissent un grand succès : les compilations de droit canonique comme le Décret de Gratien contiennent ce type de figures, plus ou moins luxueusement représentées selon la qualité du livre ou du manuscrit en question.

 

 

À partir d’un personnage central, Ego, représenté fréquemment par une petite tête barbue, les descendants et les ascendants directs sont représentés sur un axe vertical tandis que les collatéraux se répartissent de part et d’autre d’Ego. Dans chaque cercle, on trouve le nom du parent par rapport à Ego (filius, avus, soror, nepos etc.), accompagné en général de deux chiffres : ici, les chiffres romains rouges indiquent les degrés canoniques qui séparent le filius, l’avus, la soror etc. d’ego et les chiffres romains noirs les degrés romains.

Bien que ces représentations s’appellent arbores consanguinitatis, l’arbre n’y est pas forcément figuré.

Gaufredus de Trano. Summa super Decretalium, XIIIe s., f. 93v. Cote Mss&R28

On voit ici un grand personnage, sorte de figure d’autorité, qui enserre dans son manteau grand ouvert les cercles figurant les degrés de parenté : seuls les feuillages stylisés qu’il tient dans ses mains peuvent rappeler quelque peu l’arbre. Pour le reste c’est un tableau qui pourrait très bien se passer de l’arbre.

 

Gratien. Décret. Paris : J. Petit, T. Kerver, 1506, fol. 526. Cote Mss&R 58

 

L’arbor consanguinitatis est souvent accompagné d’un deuxième schéma, un arbor affinitatis. La représentation place cette fois-ci au centre en ligne verticale les degrés de parenté (1er degré de parenté, 2e degré, 3e etc.) et horizontalement, sur la même ligne, les personnes qui possèdent entre elles ce degré de parenté (ainsi le frère et la sœur sont sur la même ligne puisqu’ils ont un degré entre eux, mais également la femme du frère ou le mari de la sœur qui a aussi un degré d’écart avec les précédents).

 

Gaufredus de Trano. Summa super Decretalium, XIIIe s., f. 94v. Cote Mss&R28

 

 

 

 

 

 

Si la figure de l’arbre de consanguinité contient le mot « arbre » et nous paraît familière pour traduire les relations de parenté en raison du succès plus tardif des arbres généalogiques, l’arbre n’est qu’un motif ; les relations de parenté sont en réalité transcrites par un schéma : enlevons les branches et les feuilles de nos arbres de consanguinité, le tableau reste parfaitement compréhensible sans eux. D’ailleurs, la figure de l’arbre n’est pas la seule à pouvoir représenter les liens de parenté : la figure du corps humain le peut aussi, ou même plus rarement la figure de la maison.

Domat, Jean. Les loix civiles dans leur ordre naturel. Paris : J.B. Coignard, 1691-1694, t. III, p. 229. Cote FA 5038

 

 

 

Si la figure de l’arbre n’est peut-être pas la plus pratique ou la seule possible pour rendre compte des liens de parenté, elle a connu pourtant une très grande longévité et un très grand succès, tout en évoluant au fil des modes. Chez Domat, l’un des précurseurs lointains du Code civil, l’arbre est toujours présent mais le fond s’est enrichi d’un joli petit motif paysager.

 

 

 

 

 

 

 

Billet rédigé par Claire Giordanengo 

Bibliographie :

Klapisch-Zuber, Christiane. Le corps de la parenté. Micrologus. Natura, scienze et società medievali, Bd. 1, I discorsi dei corpi. Turnhout : Brepols, 1993, p. 43-60.

Klapisch-Zuber, Christiane. L’ombre des ancêtres : essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté. Paris : Fayard, 2000.

Pastoureau, Michel (dir.). L’arbre : histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Âge, t. 2. Paris : le Léopard d’Or, 1993.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. BnF- Analyse de document – L’arbre de consanguinité
    classes.bnf.fr/arbre/analyse/index.htm
    Merci pour ce superbe commentaire qui flatte la vertu pédagogique-et esthétique- de l’image
    « J’aime appuyer ma main sur le tronc d’un arbre devant lequel je passe,
    non pour m’assurer de l’existence de l’arbre – dont je ne doute pas – mais de la mienne. »

    Christian Bobin, La présence pure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *