L’illustration au service des ouvrages de sciences physiques aux XVIIIe et XIXe siècles

L’illustration connaît un véritable essor à partir de 1715, c’est d’abord aux peintres (Gillot, Oudry) que l’on a recours pour donner une nouvelle vie au livre illustré, grâce à eux l’image retrouve une puissance d’information et la planche devient un complément nécessaire de tout livre scientifique.

L’intérêt grandissant au XVIIIème siècle pour la vulgarisation scientifique intensifie la rédaction d’ouvrages d’initiation destinés à un public adulte non spécialiste. Ainsi la physique qui devient dès la fin du XVIIème siècle plus expérimentale, avec notamment les découvertes sur l’électricité et le magnétisme, connaît un véritable engouement qui se traduit par le grand succès des cabinets de physique (plus de 400 en France) ; et la publication de nombreux traités d’« Amusement et jeux mathématiques et physique », de « Récréations physiques » etc.

Les illustrations de ces ouvrages sont généralement gravées sur cuivre, l’artiste entaille la plaque de métal avec un burin, l’encre et la nettoie de sorte que l’encre ne reste que dans les creux. Le dessin produit est très fin. Pour l’édition des ouvrages de physique, cette technique est mise à profit pour obtenir des figures et des schémas d’une grande précision. L’impression s’effectue sur une presse spécifique, différente de la presse typographique, ce qui oblige à tirer à part les illustrations et à les rassembler en hors texte à la fin de l’ouvrage.

Machine à vide et à compression. Pouillet, Claude ; Servais Mathieu. Mathias Marie Roland. Eléments de physique expérimentale et de météorologie. 6ème éd. Paris : Hachette, 1853. Pl. 5

 

Mais les éditeurs cherchent aussi à tirer profit de la force de l’image  pour faire contrepoint à l’austérité du texte, Ils utilisent pour cela la gravure en taille douce, technique qui permet d’accroître le tirage et de réaliser de belles planches mettant en scène des objets ou des expériences. Le rôle de l’image est d’éveiller chez le lecteur des émotions sensibles ou esthétiques et de susciter sa curiosité avant même la lecture : « Nous avons pensé que le public […] ne reprocherait pas aux gravures d’une revue, toute scientifique qu’elle soit, d’être exécutées avec un grand soin […]. Pourquoi ne serait-elle pas une œuvre d’art si elle ne cesse d’être exacte et sérieuse ? »1.

Les mesures de hauteur dans décor paysager. Savérien, Alexandre. Dictionnaire universel de mathématiques et de physique. T.1, A Paris : Chez J. Rollin, 1753. Pl. XI


Cependant la taille douce exige toujours une impression à part, un encrage lent, elle est inadaptée à l’industrialisation, or au XIXème siècle, le progrès des sciences et des techniques, accroît encore la demande de livres didactiques. Il faut répondre à la soif d’apprendre d’un public élargi mais aussi moins instruit. Pour séduire ces nouveaux lecteurs, le recours à l’image, langage universel accessible par tous, est indispensable et pour développer le livre illustré, il faut utiliser de nouvelles techniques de fabrication qui soient à la fois robustes et économiques. La gravure sur bois de bout qui a l’avantage d’être imprimée dans la même forme et passe sous la même presse que la typographie, sera très largement utilisée pour l’édition de manuels et d’ouvrages d’initiation scientifique durant toute la seconde moitié du XIXème siècle. Le motif à imprimer est dégagé en relief dans un bois très dur, coupé perpendiculairement dans le sens des fibres. L’avantage de cette technique est qu’elle permet de multiplier les illustrations et de les insérer dans le texte : « M. Ganot a largement usé du secours qu’on peut tirer de la gravure sur bois [de bout], et l’on voit […] qu’il s’est complu à représenter les appareils en action. »2.

Machine à compression. Daguin, Pierre Adolphe. Traité élémentaire de physique théorique et expérimentale avec des applications à la météorologie et aux arts industriels. 7e éd. Toulouse : Privat ; Paris ; Dezobry et Magdeleine, 1861. p. 324

 

Bibliographie :

DAGUIN, Pierre Adolphe. Traité élémentaire de physique théorique et expérimentale avec des applications à la météorologie et aux arts industriels. 7ème éd. Toulouse : Privat ; Paris ; Dezobry et Magdeleine, 1861.Cote 45117

MARTIN, Henri-Jean ; CHARTIER, Roger. Histoire de l’édition française t.2, Le livre triomphant : 1660-1830. Promodis, 1985. Cote 070.9 HIS

MARTIN, Henri-Jean ; CHARTIER, Roger. Histoire de l’édition française t.3, Le temps des éditeurs : du romantisme à la Belle époque. [Paris] : Promodis, 1985. Cote 070.9 HIS

POUILLET, Claude. SERVAIS, Mathieu. MATHIAS Marie Roland. Eléments de physique expérimentale et de météorologie. 6ème éd. Paris : Hachette, 1853. Cote 45377

SAVERIEN, Alexandre. Dictionnaire universel de mathématiques et de physique. Paris : J. Rollin, 1753. Cote 10378

 

  1. Gaston Tissandier, La Nature, 1873 []
  2. Léon Foucault. Journal des débats, 1853 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 janvier 2013

    […] XVIIIe et XIXe siècles ». Blog Interfaces/Livres anciens de l’université de Lyon. 2012. Disponible en ligne [consulté en janvier […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *