Vert-vert, ou l’histoire d’un perroquet dévot

Si la domestication existe depuis fort longtemps, l’attachement des hommes pour les animaux, sentiment qui nous paraît naturel aujourd’hui, n’a pas toujours existé. On estime que c’est au 18e siècle qu’émerge chez les élites un attachement profond pour les animaux. Á cette époque, la figure de l’animal devient un sujet d’étude important et un thème à la mode, comme l’illustre le poème Vert-vert, écrit en 1734 par le jésuite Jean-Baptiste-Louis Gresset. Cette histoire, dont le héros éponyme est un perroquet, est révélatrice de l’intérêt que suscitent les animaux domestiques au 18e siècle.

L’intrigue est assez simple : les visitandines de Nevers recueillent un perroquet qu’elles prénomment Vert-Vert. Elles lui prêtent toute leur attention et lui apprennent des chansons pieuses. Fières de leur perroquet, elles décident de l’envoyer à la Visitation de Nantes. Mais, lors du voyage, Vert-vert apprend le langage grossier des bateliers et, arrivé au couvent de Nantes, il scandalise les religieuses qui le renvoient immédiatement. De retour à Nevers, Vert-vert est tant choyé qu’il meurt… d’indigestion.

L’histoire est plaisante, et Vert-vert a connu un succès considérable, comme le prouvent les nombreuses éditions des 18e et 19e siècles possédées par la bibliothèque interuniversitaire. Pourtant, le poème ne plaît pas aux sœurs de la Visitation, qui obtiennent que Gresset soit sanctionné. Relégué au collège de La Flèche, il quitte finalement les ordres en 1735. Il continue toutefois à écrire, et devient académicien en 1748.

Sous des apparences légères, Vert-vert reflète une réalité, la possession d’animaux familiers dans les couvents, et certaines préoccupations du siècle des Lumières. Ainsi Gresset choisit comme personnage principal un perroquet  au moment où, en France, ces oiseaux font l’objet d’un engouement réel. Sources de prestige pour leurs maîtres, les perroquets intéressent aussi les savants car, par leur capacité à parler, ils rendent floue la frontière qui distingue l’homme de l’animal. Cet intérêt nouveau entraîne de vifs débats sur l’existence de la souffrance chez les animaux : si certains l’admettent, d’autres la restreignent à la douleur physique. D’autres encore la jugent inexistante, comme les cartésiens pour qui croire que Dieu peut faire souffrir un animal, créature innocente puisque non touchée par le péché originel, c’est penser que Dieu est injuste.

Enfin, si Jean-Baptiste-Louis Gresset raconte avec humour cette histoire, d’autres s’en inspirent pour critiquer un attachement excessif à l’égard des animaux, attachement d’autant plus dangereux qu’il est susceptible de détourner l’homme de ses devoirs envers ses semblables et envers Dieu. C’est le cas de La Critique de Vairvert, pièce satirique anonyme parue en 1748.

Les aventures du perroquet nivernais ont inspiré de nombreux artistes, comme Offenbach avec son opéra-comique Vert-Vert (1869), ou encore le peintre lyonnais « troubadour », Fleury Richard, qui présenta au Salon des artistes français de 1804 un tableau intitulé Vert-Vert. Ce tableau est actuellement conservé au musée des Beaux-arts de Lyon.

 

Bibliographie :

  1. BARATAY Éric. L’Église et l’animal (France, XVIIe-XXe siècle). Paris : Éd. du Cerf, 1996.
  2. GRESSET Jean–Baptiste-Louis. Œuvres de M. Gresset. Londres : E. Kelmarneck, 1765. Cote BIU Lsh : 50293/1 et 50293/2.
  3. GRESSET Jean–Baptiste-Louis. Ver-vert ou le Voyage du perroquet de Nevers. Poème héroïque. Cinquième éd. [Soissons : Adrien Sellier], 1735. Disponible en ligne sur Gallica.
  4. MARTIN Isabelle. L’animal sur les planches au XVIIIe siècle. Paris : H. Champion, 2007.
  5. SENIOR Matthew, dir. A cultural history of animals in the age of Enlightenment. Oxford ; New-York : Berg, 2007.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *