Miracles jansénistes ?

L’exposition « Que l’excellent médecin est aussi philosophe » organisée par la Bibliothèque Santé Lyon I et la  BIU a offert l’occasion de présenter un ouvrage traitant de guérisons d’origine plus  miraculeuse que médicale. Il s’agit de La Vérité des Miracles, rédigé en 1737 par Carré de Montgeron, défenseur du jansénisme et des convulsionnaires. Il fut témoin d’une série de miracles qui eurent lieu sur la tombe du diacre François de Pâris au cimetière Saint-Médard de 1728 à 1732.L’affaire attira un grand nombre de visiteurs et suscita plus d’une centaine d’attestations de miracles imprimées. C. de Montgeron les recensa et demanda au peintre Jean Restout des portraits des miraculés gravés ensuite. Le premier volume est structuré en « démonstrations » avec des compte rendus des faits, suivis de lettres et de « certificats » de témoins des miracles qui acquièrent ici valeur de preuve. Voir la guérison de « la demoiselle Thibaut »,  illustrée par deux gravures la montrant « avant » et « après » le miracle.

Avoit le ventre enflé par squire d'une grosseur énorme, les jambes grosses comme le corps d'un enfant, les pieds tous ronds gros comme la tête, le côté gauche en paralisie complette...

Avoit le ventre enflé par squire d’une grosseur énorme, les jambes grosses comme le corps d’un enfant, les pieds tous ronds gros comme la tête, le côté gauche en paralisie complette…

Est gueri sur le champ le jour 19 Juin 1731. Tous ses membres hidropiques desenflent à la vüe des spectateurs...

Est guerie sur le champ le jour 19 Juin 1731. Tous ses membres hidropiques desenflent à la vüe des spectateurs…

Pour s’être introduit à Versailles afin de donner son ouvrage au roi, C. de Montgeron fut incarcéré par lettre de cachet à la Bastille. Les livres de l’édition originale furent brûlés. Cette affaire prend place dans le contexte de la querelle janséniste. M. de Pâris appartenait au parti des « appellants » qui soutenaient les positions jansénistes, ses détracteurs à celui des « constitutionnaires » qui approuvaient la condamnation par le pape de ces positions.

Carré de Montgeron, Louis-Basile (1686-1754)

La Vérité des miracles opérés à l’intercession de M. de Pâris et autres appelans, démontrée contre M. l’Archevêque de Sens. – S.l : [s.n.], 1737. – 3 vol. : ill. gr.s.b. et c. ; in-4
Cote BIU 8458/1/2/3.

Bibliographie :

  1. Maire, Catherine. De la cause de Dieu à la cause de la Nation : le jansénisme au XVIIIe siècle. Paris : Gallimard, 1998. p. 241 – 285. (Bibliothèque des histoires).
  2. Armogathe, Jean-Robert. A propos des miracles de Saint-Médard : les preuves de Carré de Montgeron et le positivisme des Lumières. Revue de l’histoire des religions, 1971, vol.  180, n° 180-2, p. 135-160.
  3. Bokobza Kahan, Michèle. Les lumières au service des miracles. Dix-huitième siècle, 1/2007, no 39, p. 175-188.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. En complément à cette présentation, je vous signale que le volume original qui fut offert par Carré de Montgeron au roi se trouve à la bibliothèque de la Société de Port-Royal, à Paris. Il a fait l’objet d’un prêt à la bibliothèque de l’Arsenal en 2010, à l’occasion de l’exposition « La Bastille ou l’enfer des vivants ». Par ailleurs, une exposition consacrée aux gravures de Restout qui illustrent cet ouvrage devrait être organisée en 2013 au musée national de Port-Royal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *