Une découverte dans le Fonds Itard de Lyon 1 : un fer armorié inconnu

Les livres anciens du Fonds Itard (Lyon 1), quand ils n’ont pas conservé une couverture d’attente, sont très majoritairement habillés de reliures courantes en parchemin, en basane (peau de mouton), ou en veau. Quelques unes cependant sont plus exceptionnelles, ainsi de cette reliure aux armes.

Elle recouvre un exemplaire de la troisième édition d’un ouvrage in-12 attribué au Père Bernard Lamy (oratorien) par le Dictionnaire des anonymes de Barbier :  Entretiens sur les sciences dans lesquels on apprend comme l’on se doit servir des sciences pour se faire l’esprit juste et le cœur droit, avec la méthode d’étudier. Cette édition est sortie des presses de l’imprimeur-libraire lyonnais Jean Certe en 1706. Il en avait déjà publié une en 1694. La bibliothèque municipale de Lyon conserve d’ailleurs un exemplaire de l’édition de 1694 (cote 349127) et deux exemplaires de l’édition de 1706 (cotes 323324 et 349126). Jean Certe réédita ce texte en 1724 et 1752. La première édition était parue à Grenoble chez A. Fremon vers 1683, d’après les dates de la dédicace (10 février 1683) et de l’approbation (10 avril 1683).

L’exemplaire du Fonds Itard est recouvert d’une reliure en veau marbré à cinq nerfs, et aux tranches dorées. Les plats sont entourés d’une large dentelle, et frappés au centre d’armoiries qui représentent des fasces (bandes horizontales) et six merlettes (oiseaux sans becs). Ces armoiries sont facilement identifiables. Elles correspondent à la famille de Beauvilliers de Saint-Aignan, dont sont issus les ducs de ce nom. Elles se blasonnent ainsi : fascé d’argent et de sinople de six pièces, les fasces d’argent chargées de six merlettes de gueules, trois, deux, et une.

Le fer de notre exemplaire représente ces armoiries sur un manteau ducal, timbrées d’une couronne ducale et d’un chapeau d’évêque à dix houppes. Le manuel de reliures armoriées françaises d’Eugène Olivier, Georges Hermal et du capitaine de Roton (traditionnellement abrégé en OHR) signale aux numéros 696 et 697 deux possesseurs de reliures armoriées de cette famille, et reproduit leurs fers et leurs variantes.

Fonds Itard (Lyon 1). Entretiens sur les sciences. Jean Certe, 1706. Fer armorié de la famille Beauvilliers de Saint – Aignan

Le fer 697 est celui de Paul-Hippolyte de Beauvilliers duc de Saint-Aignan (1684-1776) qui ne peut être notre possesseur puisqu’il n’a jamais été clerc. Le fer 696 est celui de Paul de Beauvilliers duc de Saint-Aignan (1648-1714) qui fut d’abord abbé de Saint Pierre de Châlons-sur-Marne, avant de rentrer dans le monde en 1666, à la mort de son frère aîné. Si son premier fer porte une mitre et deux crosses, les fers ultérieurs sont simplement timbrés de la couronne ducale. Bien que les dates de ce personnage soient compatibles avec l’exemplaire du fonds Itard, le véritable possesseur de cette reliure est très vraisemblablement un troisième membre de la famille, pour lequel aucun fer armorié n’était jusqu’à présent connu : François-Honoré de Beauvilliers, dit l’abbé de Saint-Aignan (1682-1751). Il fut d’abord évêque de Beauvais, de 1713 à 1728. Il démissionna suite à des difficultés avec certains opposants à la bulle Unigenitus qui l’accusèrent sur sa vie privée. Il devint abbé de Saint-Victor de Marseille en 1739 et le resta jusqu’à son trépas. Il mourut retiré à l’abbaye de Prémontré, où il travaillait à une nouvelle traduction de la Bible.

La question en suspens, à laquelle nous ne répondrons pas, est celle de son réel intérêt pour les sciences, et de la possession de cet ouvrage, qui paraît être destiné à un lectorat néophyte.

Dominique Varry

enssib (Centre Gabriel Naudé)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *