Gravures de Piranese

 

 

La BIU Lsh possède sept volumes de gravures de Piranèse, imprimées à Rome du vivant de l’artiste. Il s’agit pour plusieurs d’entre elles d’éditions princeps que l’on retrouve assez peu dans les collections françaises. Dans ces recueils affleurent l’intérêt de Piranèse pour l’architecture pure et son goût pour les vestiges antiques auxquels il donne des proportions démesurées.

 

 

La notion d’échelle disparaît dans cette image. On a du mal à se figurer la taille réelle des objets mis en scène. Le spectateur ne sait plus s’il se trouve écrasé face à un vase colossal ornés de bibelots et d’ossements ou s’il a sous les yeux une vue grossie d’un détail pittoresque.

 

 

 

Venu de Venise à Rome pour se former, Piranèse se détache très rapidement de ses maîtres et impose son propre style sombre et tourmenté loin des « vedutisti », les habituelles vues de ville. Il participe à la réhabilitation de l’Antiquité propre au XVIIIe siècle et cherche en même temps à s’en détacher. Il dessine le passé et le transcende en produisant de véritables « fictions architecturales ». Les bâtiments qu’il couche sur le papier n’existent pas tels quels, il les réinvente comme d’inquiétants décors de théâtre, dans lesquels prennent place de curieux personnages issus de la Commedia dell’arte.

Détail d’une vue du Lapides capitolini publié à Rome en 1761

Des personnages obscurs aux silhouettes effilées prennent place dans le décor immense et instable de fortifications en ruines. Grâce à ces êtres presque difformes, Piranèse joue sur les contrastes de proportions et accentue l’ambiance de fin du monde qui règne dans le décor sinistre en même temps qu’il lui donne vie.

 

Grâce à la technique de l’eau-forte, il sature l’image, joue sur les proportions, les effets de clair-obscur et fait pénétrer l’architecture dans le domainedu fantastique. Piranèse mêle les références à l’art égyptien ou étrusque, donnant ainsi à son travail une résonance archéologique, également inspirée par d’importants travaux de fouilles dans la région de Rome. Cette multiplicité d’inspirations, loin d’un retour idéalisé vers l’Antiquité, place Piranèse en précurseur du courant éclectique. S’il insuffle ainsi les prémices du romantisme,  notamment avec ses Prisons, dont la BIU possède une planche, Piranèse alimente des querelles avec nombres d’artistes en affirmant la supériorité de l’Antiquité romaine sur l’Antiquité grecque. Pierre-Jean Mariette, auteur du recueil Crozat, sera l’un des ses principaux détracteurs.

 

Le plan qui se corne, l’ombre qui passe à travers les colonnes du temple, les figurants dont on ne sait pas s’ils sont des statues ou des êtres de chair et la précision de mesures, des légendes, forment autant de détails qui démontrent l’habileté de Piranèse à mêler architecture pure, dessin et archéologie.

 

Bibliographie :

  1. FOCILLON, Henri. Giovanni-Battista Piranesi : 1720 – 1778. Paris : H. Jansen, 1918, rééd. Paris : In Folio Ed., 2001.
  2. KELLER, Luzius. Piranèse et les romantiques français : le mythe des escaliers en spirale. Paris :  J. Corti, 1966.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *