Une cosmographie animée

La BIU Lsh conserve une édition de 1584 de la fameuse Cosmographia seu descriptio totius orbis d’Apianus publiée dès 1524. Apianus ou Apian, de son véritable nom Peter Bennewitz ou Bienewitz est un cosmographe allemand né en 1495 à Leisnig en Saxe, et mort en 1552. Professeur de mathématiques et d’astronomie à Ingolstadt, il reçut de Charles Quint le titre de chevalier de l’Empire germanique. Véritable best-seller en son temps, sa cosmographie a fait l’objet de 47 éditions, a été traduite en plusieurs langues et ne peut donc être considérée comme un ouvrage rare.

Cependant l’exemplaire de la BIU Lsh a conservé 3 de ses 4 volvelles initiales, ces disques de papier ou carton qui pivotent les uns sur les autres et permettent de résoudre des problèmes de calcul astronomique. On attribue à Ioannis de Sacro Bosco, moine anglais du XIIIe siècle, l’invention de ces instruments qui permettaient au lecteur de vérifier les techniques décrites dans le texte, sans recourir à des instruments onéreux en laiton… La ressemblance est évidente entre l’une des volvelles (fig.1) et un astrolabe (fig. 2). Cet instrument de navigation très ancien était destiné à donner la latitude d’une position en mesurant l’angle formé par l’horizon et un corps céleste et à calculer l’heure, le jour par l’observation du soleil, la nuit par l’observation des étoiles. Les marins emportaient parfois à bord des bateaux les ouvrages composés de volvelles.

Fig. 2 : astrolabe (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Planispherical_astrolabe_mg_7095.jpg)

Ces volvelles, très appréciées à l’époque mais fragiles, ont souvent disparu des ouvrages savants. La qualité de la gravure -sur bois- est remarquable : voir la finesse du dessin de la fleur centrale, de la règle graduée, de la représentation des continents sur l’un des cercles mobiles (fig. 1). Observons aussi la délicatesse du tracé du paysage et des personnages dans le cercle central de la première volvelle (fig.3).

 

Bibliographie :

  1. LESTRINGANT, Frank. L’atelier du cosmographe : ou l’image du monde à la Renaissance. Paris : Albin Michel, 1991.
  2. WOLFF, Hans ; Bayerische Staatsbibliothek. Philipp Apian und die Kartographie der Renaissance. Weissenhorn : A.H. Konrad, 1989.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *