De quelques incunables conservés à la BIU Lsh 2/2

Nous avons vu précédemment que dès la fin du XVe siècle, contrairement à ce qui se passe en France, l’humanisme italien influence l’organisation des incunables.

Dans l’exemplaire des Vitae de Plutarque possédé par la BIU Lsh, les ornements font désormais partie intégrante du moment de l’impression, d’où la multiplication d’initiales gravées. Le noir et blanc ne nécessite plus d’ajouts de couleurs et se détache ainsi de l’esthétique du manuscrit. L’écriture humanistique correspond aux goûts de la clientèle et le texte se présente de moins en moins sous la forme de deux colonnes. Une foliotation en chiffres arabes, alors que celle en chiffres romains est encore prédominante, relève certainement d’un parti pris esthétique. Des profils à l’antique apparaissent dans les initiales gravées, et cette page, relatant le début de la vie de Thésée, fortement encadrée, donne l’impression au lecteur d’entrer dans un temple, un monument à l’antique. Rien de tel dans l’esthétique du manuscrit où le passé du texte et le présent du lecteur sont étroitement liés. Pour le médiéviste Bernard Guenée, les habits contemporains des personnages des enluminures  traduisent ce refus de mise à distance entre le passé et le présent. Au contraire, avec la Renaissance, nous entrons dans un passé idéalisé mais révolu.

Ill. 1 : Plutarque (0046?-0120?). "Plutarchi vita". Venetiis : Impr. per Bartolomeum de Zanis de Portesio, 1496. Cote BIU Lsh : Mss et R79

Ill. 1 : Plutarque (0046?-0120?). « Plutarchi vita ». Venetiis : Impr. per Bartolomeum de Zanis de Portesio, 1496. Cote BIU Lsh : Mss et R79

Antoine Vérard, un des libraires les plus renommés de la fin du XVe siècle, souhaite à la fois s’adapter à ces mutations et conserver une certaine prudence pour ne pas froisser sa clientèle parisienne encore peu habituée à l’esthétique italienne. Contrairement à Lyon, Paris semble en effet conserver un goût plus traditionnel et l’esthétique du manuscrit demeure bien présente. La comparaison avec des éditions lyonnaises datant de la même époque  et traitant de sujets similaires révèle le retard de la capitale. On retrouve dans Lucan, Suetoine, Salluste en francoys imprimé par Vérard en 1500 les caractères de la gothique bâtarde – déjà utilisés dix ans auparavant pour l’un de ses plus grands succès, La Mer des hystoires – mais aussi de nombreux bois gravés et un texte sur deux colonnes. Les bois gravés de l’initiale L, du clerc écrivant – probablement l’œuvre du grand imprimeur parisien Pierre Le Rouge – ou bien la scène de dédicace ne dépaysent pas le lecteur. Les réemplois de gravures pour une œuvre différente, à dix ans d’intervalle, pour la même clientèle, sont une preuve du succès de l’esthétique de cet imprimeur. Une petite innovation cependant : les initiales sont désormais gravées et la décoration imprimée semble se suffire à elle-même. Seuls quelques folios présentent des espaces blancs avec une lettre d’attente.

Lucan, Suetoine, Saluste en francoys. Paris : A. Verard, 17 IX 1500. Cote BIU Lsh : Mss et R86

 

 

 

La clientèle de Vérard,  majoritairement issue de la nouvelle noblesse (plus connue sous le nom – anachronique à l’époque – de « noblesse de robe ») est en quête de légitimité et imite les goûts de l’ancienne noblesse (ou « noblesse d’épée ») ; d’où la prolifération de dragons, chevaliers et dames de cour dans les incunables parisiens.

Lucan, Suetoine, Saluste en francoys. Paris : A. Verard, 17 IX 1500. Cote BIU Lsh : Mss et R86

 

 

 

 

 

 

 

Au contraire, à  Lyon, la clientèle laïque est issue de la noblesse de robe ou des milieux du commerce, ce qui explique des mutations plus rapides que dans le monde des bois gravés parisiens.

 

 

 

 

Bibliographie :

  1. MARTIN Henri-Jean et CHARTIER Roger, dir. Histoire de l’édition française. T. 1 : Le Livre conquérant, du Moyen Âge au milieu du XVIIème siècle. Paris : Fayard-Promodis, 1989.
  1. SANSY Danielle. Texte et image dans les incunables français. Médiévales. Printemps 1992, 22-23, p. 47-70.
  1. VERGER Jacques. Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Âge. Paris : PUF, 1998.
  1. WINN Mary Beth. Antoine Vérard, Parisian publisher (1485-1512), prologues, poems and presentations. Genève : Droz, 1997.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *