De quelques incunables conservés à la BIU Lsh 1/2

L’étude de la vingtaine d’incunables (ouvrages imprimés avant 1501) conservés à la BIU Lsh permet de se faire une idée des évolutions à l’œuvre au cours des cinquante premières années de l’histoire de l’imprimerie. Il s’agit d’une période de transition où, pour ne pas dérouter les acheteurs potentiels, les nouvelles techniques imitent  les manuscrits : la mise en page, les ornements refusent toute innovation manifeste. Des audaces apparaissent pourtant progressivement autour de 1520, notamment sous l’influence de l’humanisme italien, et Lyon, de par sa position géographique, est particulièrement bien placée pour recevoir ces nouvelles influences.

L’ouvrage d’Angelo Carletti, Summa angelica, constitue  un exemple typique de l’imitation d’un manuscrit : un texte sur deux colonnes, une initiale peinte, des pieds de mouche rouges et bleus en alternance pour marquer de façon esthétique les paragraphes, les armoiries d’un des possesseurs peintes sur la première page… Il était fréquent en effet d’imprimer un texte avec de nombreux espaces blancs afin que l’acheteur, selon ce que lui permettait sa fortune, puisse personnaliser son exemplaire. Il faisait alors décorer à ses frais son ouvrage, pour lui donner l’apparence d’un manuscrit luxueux. D’où des initiales ornées souvent peintes, les couleurs rouge, bleu et or étant privilégiées.

Fig. 1 : Summa angelica de casibus conscientiae / Angelo Carletti (1411-1495) ; praef. Hieronymi Tornieli. Chivasso : Jacobino Suigo, 1486. Cote BIU Lsh : Mss & R 87

 

A l’inverse, le De civitate Dei cum commento n’était pas aux yeux de son possesseur un faire valoir, une vitrine de sa fortune. Cet exemplaire aurait appartenu aux Capucins ; il s’agit d’un ouvrage d’étude, avec des espaces laissés blancs présentant une lettre d’attente, là où une initiale aurait pu être peinte. Les commentaires sont imprimés à droite et à gauche du texte, voire l’encadrent totalement. À partir du livre XX, quelques passages sont soulignés et des notes manuscrites en latin apparaissent dans les marges en guise de repères de lecture. Selon l'Incunabula Short Title Catalog, cette édition de Fribourg de 1494 aurait probablement été imprimée par « Kilianus Piscator » (Fischer). Cet ouvrage de consultation offre toujours une esthétique propre au manuscrit.

 

De Civitate Dei cum commento. Saint Augustin (354-430). Freiburg-im-Breisgau : Kilian Fischer, 1494. Cote BIU Lsh : Mss & R 54

 

À la même époque, en Italie, l’humanisme a déjà fortement marqué la mise en page des incunables. Nous le verrons le mois prochain, notamment à travers les Vitae de Plutarque imprimées en 1496 à Venise.

 

Bibliographie :

  1.  CARON, Marie-Thérèse. Noblesse et pouvoir royal en France, XIIIe-XVIe siècles. Paris : Armand Colin, 1994.
  2. FEBVRE, Lucien ; MARTIN, Henri-Jean. L’apparition du livre. 3e éd. Paris : Albin Michel, 1999.
  3. FEDOU René. « Paradoxes de l’histoire du Lyon médiéval ». In :  Finances, pouvoirs et mémoire. Mélanges offerts à Jean Favier, textes réunis sous la direction de Jean Kerhervé et Albert Rigaudière. Paris : Fayard, 1999, p. 208-220.
  4. GUENEE Bernard. Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval. Paris : Aubier Montaigne, 1980.
  5. MARTIN Henri-Jean, dir. La naissance du livre moderne, mise en page et mise en texte du livre français (XIVe-XVIIe siècles). Paris : éd. du Cercle de la Librairie, 2000.

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Bibliothèque Diderot de Lyon

Laisser un commentaire

En images