Exposition « Unité du Savoir : Art et Science à l’Age Classique »

Hall de la bibliothèque Denis Diderot

du 12 mai au 15 juin 2011

du lundi au vendredi de 9h à 19h

et le samedi de 9h à 17h

Organisée par Daniel Régnier Roux de l’Institut d’histoire de la pensée classique et par la bibliothèque de l’Ens de Lyon, l’exposition a bénéficié des prêts de l’Université Claude Bernard – Lyon 1 (Service commun de la documentation) et de la Bibliothèque interuniversitaire Lettres et sciences humaines, auquels s’ajoutent des ouvrages provenant des collections anciennes en Education, dont la bibliothèque de l’Ens de Lyon assume aujourd’hui la conservation. De nombreuses autres institutions, en particulier la Bibliothèque municipale de Lyon ont soutenu cette manifestation par la réalisation de reproductions. Le graphisme de l’exposition est dû à ENS Média.

Si aujourd’hui les figures de l’artiste et du scientifique sont clairement définies, et parfois aux antipodes l’une de l’autre, ce n’est en effet pas encore le cas à l’Âge Classique. De la Renaissance aux Lumières, l’Unité du Savoir est encore possible : hommes des Arts et hommes des Sciences, se rencontrent, échangent et collaborent pour la production et pour la création des savoirs et des arts. Souvent d’ailleurs, une seule et même personne s’illustre à la fois dans les deux domaines. Dürer fut mathématicien, et Rousseau, chimiste et botaniste.

Ce sont ces rapports complexes entre Art et Science, du XVIe au XVIIIe, que l’exposition vous invite à explorer.

Vesalius, Andreas. De humani corporis fabrica libri septem. Basileae : per Ioannem Oporinum, 1555. Frontispice (numérisation BIUM). Oeuvre prêtée par le SCD Lyon 1

Une soixante de pièces remarquables – traités illustrés d’Art et de Science, abondante iconographie, objets artistiques et scientifiques (notamment les délicates et complexes œuvres de bois tourné de l’artiste Christian Burdet) – proposent un parcours, en cinq chapitres, au sein d’une Unité du Savoir qui nous est devenue étrangère.

Au cœur de ce savoir en constitution, se trouve l’Homme lui-même, tout à la fois objet et sujet de l’Art et de la Science : Anatomica. Autour de l’Homme, viennent prendre place les mondes des objets naturels et manufacturés : Naturalia et Artificialia. Dans un cercle plus ample, s’inscrivent Mathematica et Mirabilia Artis, ordres abstrait et concret que l’Homme invente pour rendre compte de lui-même et du réel. Les Mathematica offrent « l’instrument » pour observer et organiser par des lois de Raison les mondes céleste et sublunaire. L’Homme élabore et ordonnance la représentation du savoir encyclopédique, rassemblant et dessinant la « collection » en véritables Musées de papier, dans une totalité illusoire, et microcosmique : Mirabilia Artis.

L’exposition accompagne ainsi le séminaire international plurisciplinaire organisé sous la direction de Pierre-François Moreau, UMR 5037 – Ens de Lyon, et de Sandra Costa, CRHIPA – UPMF, les 12 et 13 mai 2011 à l’Ens de Lyon et à la MSH-Alpes de Grenoble.

Aldrovandi, Ulysse…Monstrorum historia cum paralipomenis historiae omnium animalium… Typis Nicolai Tebaldini, 1642. Frontispice (Numérisation Gallica). Oeuvre prêtée par le SCD Lyon 1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *